Chaque année au mois de septembre, la Journée Nationale du Sport Scolaire (JNSS) de Paris est organisée par le service Régional Paris de l’Union Nationale du Sport Scolaire (l’UNSS) au centre sportif Jules Ladoumègue. Cet évènement réunit jusqu’à 1400 collégien·nes et lycéen·nes pour leur faire découvrir différentes pratiques sportives. La thématique de cette édition était le développement durable et le retour à l’activité sportive. Soucieux depuis plusieurs années de minimiser les déchets de leurs évènements et désirant aller plus loin, les organisateur·rices ont immédiatement répondu présent·es pour participer au défi Sport Zéro Plastique.

Un paris réussi grâce à une communication exemplaire

Pour se donner les moyens de relever le défi, les organisateur·rices s’y sont pris tôt en demandant le concours de toutes les personnes impliquées dans l’évènement. Il a été demandé aux partenaires de ne pas distribuer de goodies en plastique, au corps enseignant de sensibiliser les élèves, aux intervenant·es de venir avec leurs gourdes, aux partenaires de choisir un menu sans plastique. Tous ont été informés de la démarche environnementale de l’évènement suffisamment à l’avance, ce qui a permis de faire bouger les consciences. Les intervenant·es et les professeur·es ont reçu une fiche qui expliquait clairement l’ensemble du dispositif mis en place pour limiter les déchets, et ont en retour passé le mot aux enfants, ce qui a permis à tous·tes de venir préparé·es et de jouer le jeu.

Les intervenant·es et les professeur·es ont reçu une fiche qui expliquait clairement l’ensemble du dispositif mis en place pour limiter les déchets, et ont en retour passé le mot aux enfants.

Les mesures relatives au plastique avaient été partagées dans un document synthétique en amont de l'évènement. ©APC / Sébastien Borda

Un évènement sportif sans eau en bouteille, c’est possible !

Le premier déchet plastique qu’on retrouve sur les évènements sportifs, ce sont souvent les bouteilles. L’UNSS a tout mis en œuvre pour pouvoir se passer de leur utilisation sur cette édition.

  • Des gobelets pour tous les enfants.

Il y a quelques années encore, les gobelets jetables jonchaient le sol du stade à la fin de l’évènement. Pour mettre fin à ces déchets, l’UNSS distribue depuis 7 ans un gobelet réutilisable à chaque enfant qu’il garde tout au long de la journée et ramène à la maison. Ce gobelet n’est pas daté pour permettre sa réutilisation d’une édition sur l’autre. Cette année, l’organisation est allée encore plus loin en demandant aux encadrant·es d’expliquer que le gobelet distribué devait être réutilisé chez soi au moins dix fois pour avoir un impact positif sur l’environnement. Des bacs de récupération ont permis à ceux qui ne voulaient pas le garder de le rendre pour qu’ils soient réutilisés l’année suivante.

Chaque participant·es a reçu un gobelet réutilisable. ©APC / Sébastien Borda

  • Des gourdes pour les intervenantes

Les 200 intervenant·es qui animent les ateliers ont été prévenus de venir muni·es d’une gourde car il n’y aurait pas de bouteille d’eau distribuée sur leur stand. Les enfants ont aussi été invités à venir avec leur gourde pour la pratique sportive.

  • Des points d’eau accessibles depuis les lieux de pratique

Une attention particulière a été apportée pour que suffisamment de points d’eau soient disponibles. Les robinets déjà présents sur les stades ont tous été utilisés, et Eau de Paris est venue installer 3 fontaines temporaires pour l’occasion, pour permettre aux enfants de remplir leur gourde aux endroits qui étaient sous-équipés.

Fontaine temporaire mise à disposition par Eau de Paris. ©APC / Sébastien Borda

L’UNSS a également testé l’utilisation de jerricanes pour l’occasion, qui étaient disposés à des endroits stratégiques réapprovisionnés au fur et à mesure. Un test concluant ! « Nous allons nous en resservir tout au long de l’année, et notamment sur notre compétition de cross là où il n’y a pas de point d’eau. Cela permettra d’éviter de distribuer des bouteilles sur cet évènement » nous confie Julie Poinsot, organisatrice de la JNSS à l’Union Nationale du Sport Scolaire.

Nous allons nous en resservir de jerricanes tout au long de l’année

Des jerricanes ont été installées sur les lieux qui n'étaient pas suffisamment pourvus en points d'eau. ©APC / Sébastien Borda

Imaginer des repas sans plastique

Comme les enfants étaient chargés d’apporter leur propre pique-nique, il a été imaginé par l’UNSS d’organiser un concours du pique-nique générant le moins de déchet.

Comme les enfants étaient chargés d’apporter leur propre pique-nique, il a été imaginé par l’UNSS d’organiser un concours du pique-nique générant le moins de déchet

Les collèges gagnants Duhamel et Chappe ont remporté des gourdes et des sacs-à-vrac pour les récompenser de leurs efforts. Les professeur·es encadrant les élèves avaient été chargés de prévenir les enfants du dispositif. Encore une réussite. « Professeur·es comme élèves ont joué le jeu. Et comme tout le monde a fait très attention aux déchets, on a même retrouvé le site dans un état plus propre que jamais ! », ajoute Julie Poinsot.

Les professeur·es avaient prévenu les enfants de venir avec un pique-nique zéro plastique, dans le cadre d'un concours. ©APC / Sébastien Borda

Une démarche à haut potentiel de sensibilisation

Si cette démarche a en effet permis de réduire les déchets, son résultat le plus fructueux aura été de permettre à tous·tes les acteur·rices impliqué·es de tester et d’approuver de nouvelles façons de faire.

« Participer au défi Sport Zéro Plastique, ça nous a permis de montrer que c’était possible et mes collaborateur·rices se sont rendu compte grâce à cela de tout le plastique qui nous entourait. L’équipe s’est approprié le défi ! ».

Pour Julie Poinsot, "participer au défi Sport Zéro Plastique, ça nous a permis de montrer que c’était possible et mes collaborateur·rices se sont rendu compte grâce à cela de tout le plastique qui nous entourait. L’équipe s’est approprié le défi ! Les professeur·es ont fait part de leur enthousiasme. Ça leur a même donné envie de reprendre l’idée du concours du pique-nique zéro déchet pour leurs prochaines sorties !"

Les participant·es ont bien joué le jeu en adoptant les gestes zéro plastique. ©APC / Sébastien Borda

Et encore plein d’autres mesures pour un évènement respectueux de l’environnement

  • Les ateliers de sensibilisation.
  • MAIF, partenaire de la JNSS et de Sport Zéro Plastique dans le cadre de Sport Planète, avait mis en place une collecte de matériel sportif usagé, ainsi qu’un atelier de fabrication de bracelets avec du matériel usagé pour sensibiliser les enfants aux déchets.

La MAIF proposait des animations de sensibilisation aux déchets aux enfants. ©APC / Sébastien Borda
  • La signalétique durableLe marquage au sol a été réalisé à la craie plutôt qu’à la bombe. L’utilisation de rubalise (biodégradable) a été limitée au maximum, et les barrières ont été privilégiées. Enfin, les affiches sont réutilisées d’une année sur l’autre, et les logos des partenaires sont effacés des bannières lorsque c’est nécessaire pour éviter d’en imprimer de nouvelles.